Regards croisés sur le D.E.S de médecine générale idéal

Vous êtes dans la rubrique "Productions pédagogiques"»"Communications orales"

Élaboration d'une grille de lecture critériée des projets pédagogiques des stages hospitaliers

69

Auteurs : V. Jedat, B. Freche, Y. Brabant, P. Roblot, T. Valette, J. Gomes
Courriel : bloodangel_vince@hotmail.com

Introduction :
Deux tiers des stages pratiques des Internes de médecine générale (IMG) ont lieu en milieu hospitalier. Pour demander ou renouveler un agrément, les responsables médicaux des services doivent écrire un projet pédagogique. Le but de notre étude a été d'élaborer une grille de lecture critériée de ces projets.

Méthode :
Consensus d'experts par méthode DELPHI. Les experts ont été recrutés sur leur motivation et leur implication pédagogique auprès des IMG. Ils devaient évaluer la pertinence des critères proposés, issus d'une revue de la littérature, sur une échelle de Likert de 1 à 9. Les chercheurs ont décidé de retenir les critères ayant une note moyenne supérieure à 7 avec un écart-type inférieur à 2. Trois rondes ont été nécessaires pour obtenir un consensus.

Résultats :
Quinze experts ont participé : 7 praticiens hospitaliers ; 5 enseignants de médecine générale et 3 IMG. Un consensus a été obtenu sur 20 critères. Cinq critères sont classés majeurs, 5 mineurs et 10 neutres.

Discussion :
Cette grille de lecture permet une approbation objective de la qualité du projet pédagogique des stages. L'obtention d'un score pour chaque projet pédagogique a été possible en attribuant une note de 1 à 3 pour chaque critère ainsi qu'un coefficient de 3 à 1 selon le classement majeur, mineur ou neutre. Un score de 40/80 est requis pour avoir l'approbation pédagogique. La diversité des experts est la principale force de notre travail. Une validation de la notation de ces projets pédagogiques fera l'objet d'études ultérieures.

Freins à lever pour mettre en place un enseignement initial pluri professionnel entre étudiants en maïeutique et internes de médecine générale

144

Auteurs : C. Boissy,  M. Lamort-Bouché,  M. Flori
Courriel : dr.boissy@gmail.com

Introduction :
La loi HPST (2009) introduit le suivi gynécologique de prévention dans les compétences des maïeuticiens ainsi que la prescription de contraception tout au long de la vie de la femme. Médecins généralistes et maïeuticiens ont des compétences communes pour le suivi de la femme en bonne santé décrites dans leurs référentiels métier et compétences. Il convient de connaître et d'articuler ces compétences pour travailler en coopération. Notre objectif était d'identifier les freins à la mise en place d'un enseignement commun en recueillant les propositions et les craintes de la population concernée (enseignants et enseignés) en vu de la mise en place d'un enseignement entre étudiants en maïeutique et internes en médecine générale.

Objectif :
Etude qualitative par focus groupes et entretiens d'enseignants et d'enseignés de Médecine Générale et de maïeutique. Après avoir interrogés les participants sur la forme que devrait prendre cet enseignement nous avons recueilli leurs attentes, leurs craintes et leurs appréhensions. L'analyse a été effectuée avec le logiciel N Vivo.

Méthode et moyens :
La principale attente exprimée était de mieux connaître les deux professions et leur champ d'action. Ce projet était également identifié comme un moyen de valoriser la profession de maïeuticien.
Les craintes et difficultés exprimées était d'abord organisationnelles, puis les participants évoquaient la rivalité voire la mise en péril de ces professions.


Résultats attendus :
Les craintes et difficultés identifiées s'inscrivent dans la nécessité pour ces deux professions de renforcer leur identité professionnelle dans le cadre de leur profession médicale. Ces observations sont à rapprocher des travaux sociologiques menés sur ce sujet depuis la fin du XXeme siècle. La réussite d'un tel enseignement nécessite de lever les freins existants en reconnaissant les spécificités de l'autre.

Formation des internes de médecine générale : opinions et attentes des internes vis-à-vis du DES idéal

167

Auteurs : T. Cathalan,    L. Compagnon,    C. Landry,  E. Guery,    V. Renard,    E. Ferrat
Courriel : tiph.cathalan@hotmail.fr

Introduction :
Le DES de médecine générale (MG) est un cursus professionnalisant qui doit permettre au futur médecin généraliste d'acquérir un niveau de compétences suffisant pour exercer. Une réforme du 3ème cycle est en cours de discussion pour laquelle les avis des enseignants et des étudiants sont sollicités. La réforme pourrait notamment augmenter le nombre des stages de MG.
Notre travail explore les attentes des internes sur le contenu d'un cursus idéal du DES de MG concernant les stages et l'enseignement. Une première partie de l'étude s'intéressait à l'opinion des internes sur le DES actuel.


Objectif :
Étude transversale par auto-questionnaire envoyé par courriel aux internes de MG de France par l'intermédiaire de leur département  de médecine générale. Recueil des données par le logiciel LimeSurvey avec analyse statistique descriptive uni et multi-variée par Epi Info et Stata.

Méthode et moyens :
3366 internes soit 23.2% ont répondu. La majorité (63.8%) souhaitait modifier le DES de MG. Les modifications de la maquette souhaitées par les étudiants étaient d'augmenter la formation en MG ambulatoire en incluant le pôle mère enfant (68.7%) et d'augmenter la formation en MG ambulatoire sans modifier la durée du DES mais en diminuant le nombre et la durée des stages hospitaliers (46.4%). Avoir un projet d'exercice de la MG et avoir réalisé un stage de MG ambulatoire étaient associés à ces 2 souhaits (p<0.001). Les disciplines plébiscitées  pour un stage d'au moins trois mois durant le DES étaient la pédiatrie (86.3%),  la MG ambulatoire (79.0%), les urgences (78.9%), la gériatrie (69.6%) et  la gynécologie (60.4%).

Résultats attendus :
La majorité des internes souhaitent modifier le DES. Les principales modifications souhaitées sont l'augmentation du nombre de stages ambulatoires et l'inclusion du pôle mère/enfant à la formation ambulatoire.

Formation des internes de médecine générale : opinions et attentes vis à vis du DES actuel

169

Auteurs : C. Landry,  E. Ferrat,  E. Guery,  V. Renard,  L. Compagnon
Courriel : cynthialandry0411@gmail.com

Introduction :
Le DES de Médecine Générale (MG) est un  cursus professionnalisant devant permettre au futur généraliste d'acquérir un niveau de compétences suffisant pour exercer. Une réforme du 3ème cycle est en cours de discussion pour laquelle les avis des enseignants et des étudiants sont sollicités.
Notre travail explore l'opinion des internes quant au DES actuel (stages et enseignements) et leurs attentes; une autre partie de l'étude a exploré les attentes des internes pour un cursus idéal.

Objectif :
Etude transversale par auto-questionnaire envoyé par courriel aux internes de MG de France par l'intermédiaire de leur département  de médecine générale. Recueil des données par le logiciel LimeSurvey avec analyse statistique descriptive uni et multi-variée par Epi Info et Stata.

Méthode et moyens :
3366 internes ont répondu soit 23,2%. Pour 65,3%, la MG était le premier choix. Les stages considérés « nécessaires » de la maquette actuelle étaient : le Stage Ambulatoire de MG de Niveau 1 (96,3%), les Urgences (93,3%), la Médecine adulte (74,7%), le pôle mère/enfant ambulatoire (pédiatrie : 59,3% ; gynécologie : 58,7%). Le choix prioritaire des stages ambulatoires était plus marqué en cas de projet professionnel en MG et/ou de validation préalable d'un stage ambulatoire (p < 0,05). Les méthodes d'enseignement étaient adaptées pour 51,5% des internes ; les travaux d'écriture l'étaient pour 39,9%. L'appréciation du DES était bonne à excellente pour 52,2% avec notamment comme facteurs associés l'appréciation des méthodes, des travaux et la validation des stages ambulatoires (p < 0,05). Un troisième stage ambulatoire était utile pour 61,4%. La généralisation et l'obligation du Stage Ambulatoire de Soins Primaires en Autonomie Supervisée était nécessaire pour 44,5%.

Résultats attendus :
Bien que la majorité des internes ait une bonne appréciation du DES actuel, ils veulent modifier les enseignements et inclure le pôle mère /enfant en ambulatoire.

Représentations interprofessionnelles en formation médicale initiale

256

Auteurs : A. Bey,  J.-M. Perrot
Courriel : jean-michel.perrot@wanadoo.fr

Introduction :
Les soins de premiers recours comprennent plusieurs métiers qui devraient travailler ensemble pour une prise en charge optimale du patient. Cependant, lors de leur formation initiale, les étudiants des filières médico-sociales ne se rencontrent pas. Un séminaire interdisciplinaire « Apprenons à travailler ensemble » organisé les 19 et 20 septembre 2013 à X a eu pour but de faire se rencontrer environ 80 étudiants de différents instituts du médico-social. Notre étude s'est intéressée principalement à un atelier de ces deux jours, portant sur les « représentations » que chaque métier avait de l'autre. Elle a eu pour objectif d'obtenir une photographie précise de cet atelier et de démontrer l'intérêt du séminaire dans la formation initiale.

Objectif :
Nous avons réalisé une étude qualitative des cartes d'identité professionnelles élaborées par les étudiants lors de cet atelier, nous avons étudiés les  « représentations » qu'ils avaient les uns des autres. La population était composée d'internes en médecine générale et d'étudiants en maïeutique, soins infirmiers, assistantes sociales, orthophonistes et kinésithérapeutes.

Méthode et moyens :
: Les représentations des différents corps de métiers sont apparues variées et complexes en fonction de chaque groupe professionnel et ont montré qu'elles pouvaient engendrer un certain nombre de frein à une collaboration efficace. Le séminaire a permis aux participants d'en prendre conscience afin qu'au décours ils puissent, dès leurs débuts de carrière, réfléchir sur leurs comportements et pratiques de telle façon qu'ils les modifient si nécessaire, pour consolider ou améliorer leur travail en interdisciplinarité au service du patient.

Résultats attendus :
Ce séminaire apparaît alors comme un enseignement incontournable à intégrer à la formation médicale initiale pour amorcer un changement des mentalités par le biais de l'apprentissage du travail en interdisciplinarité pour une efficience des soins donnés aux patients.