Enseigner la relation médecin-malade

Vous êtes dans la rubrique "Travaux de recherche"»"Communications orales"

Mise en place et évaluation d'une formation des internes de médecine générale (IMG) à l'annonce de maladie grave par simulation par les pairs

62

Auteurs  : A. Plessis,  W. Bellanger,  F. Garnier
Courriel : anne_plessis@yahoo.fr

Introduction :
L'annonce d'une maladie grave est une des situations décrite dans la première famille de situation du « Référentiel Métier et Compétences des Médecins Généralistes ». Une des difficultés majeures réside dans la déstabilisation du médecin par la détresse psychique du patient. Jusqu'à présent aucun enseignement formalisé dédié n'existait dans le troisième cycle du diplôme d'études spécialisées de médecine générale à Angers. Des besoins de formation des IMG ont émergé dans ce sens.

Objectif :
Deux séances de trois heures ont été mises en place et animée en binôme avec un médecin généraliste et une psychologue clinicienne expérimentée. Des jeux de rôle d'exploration ont été réalisés. Les étudiants étaient eux-mêmes les acteurs afin de favoriser un apprentissage expérientiel des habiletés de communication. Les scenarii ont été construits à partir de situations authentiques et complexes. L'objectif principal de cet enseignement était d'expliciter les émotions de chacun.
L'évaluation des séances a été réalisée via une grille d'auto évaluation des sentiments de confiance. Elle explorait les différentes dimensions issues du protocole développé par R.Buckman, via des échelles de Lickert EVA, cotées de 1 à 10. Les questionnaires  ont été envoyés avant la première séance, puis entre les deux, puis après la seconde. Les statistiques ont été réalisées avec Biostatgv. Les moyennes de chaque item ont été comparées avec le test statistique de Wilcoxon.

Méthode et moyens :
Cet enseignement a reçu un accueil très favorable de la part des 27 IMG qui ont participé. Les situations ont été jugées réalistes. Nous avons montré à court terme une progression statistiquement significative des sentiments de confiance des étudiants après chaque session. Ce modèle pédagogique semble favorable au développement de la compétence réflexive des étudiants.

Résultats attendus :
La mise en place d'une hétéro évaluation par les formateurs et les pairs est à envisager. La question de la transférabilité des apprentissages réalisés en séance se pose.

Modifier l'empathie des internes par les groupes de FRT

103

Auteurs : A. Catu-Pinault
Courriel : annie.catu-pinault@wanadoo.fr

Introduction :
Plusieurs études montrent une diminution de l'empathie au cours des études en médecine, alors qu'un meilleur niveau d'empathie améliore les résultats thérapeutiques.
Une étude récente montre que les externes ayant participé à un groupe de Formation à la Relation Thérapeutique ont une empathie émotionnelle  qui diminue mais que leur empathie cognitive augmente.
Nous soumettrons ce résultat  statistique à l'expérience de la pratique pour tenter d'expliciter  les mécanismes de cette évolution,selon les concepts d'empathie portés par les études quantitatives, avec une mise en perspective des concepts de Balint moins utilisés  dans la littérature référencée.

Objectif :
Nous analyserons un cas clinique exposé par un interne dans un groupe de FRT, en nous centrant sur les différentes composantes de l'empathie, emotionnelle, cognitive, comportementale, morale et sur les concepts parallèles de Balint, compréhension émotionnelle, intellectuelle, professionnelle.

Méthode et moyens :
La discussion des cas en groupe de Formation à la Relation Thérapeutique permet l'apparition successive de  l'empathie affective/compréhension émotionnelle, de l'empathie cognitive/ compréhension intellectuelle, et enfin de l'empathie comportementale/compréhension professionnelle.  Elle permet de décrypter les enjeux émotionnels  pour pouvoir les mettre à distance tout en les prenant en  compte dans le diagnostic global  (E. cognitive), afin de mettre en place la thérapeutique adaptée (E. comportementale).

Résultats attendus :
Les groupes de FRT permettent  l'évolution de l'empathie d'une réaction émotionnelle  vers une compréhension professionnelle, gage d'une meilleure qualité des soins. L'apport des groupes de FRT ne se résume pas à cette seule action sur l'empathie.  Néamoins, cet abord référencé permet d'inscrire ces groupes dans les  processus  améliorant les qualités professionnelles des futurs médecins,  avec un bon niveau de preuve. Il permet ainsi de faire le pont  avec des disciplines référentes en la matière.

Evaluation d'un nouvel outil d'enseignement de la relation médecin-malade. Le jeu de rôle filmé avec dans le rôle du patient un acteur professionnel

155

Auteurs : J.-N. Bally,    X. Gocko,    M. Outabia
Courriel : mymipinson86@yahoo.fr

Introduction :
La relation, la communication et l'approche centrée patient sont une compétence du médecin généraliste. Les départements de médecine générale (DMG) ont en charge l'enseignement et l'évaluation de cette compétence. Le DMG de x, en 2014, a modélisé et utilisé un nouvel outil pédagogique : le jeu de rôle filmé avec dans le rôle du patient un acteur professionnel. Les jeux se sont déroulés pendant des séances de groupes d'échange de pratique tutorés (GEPT) et ont abordé trois situations différentes : la première rencontre, l'annonce d'un diagnostic grave, et l'éducation thérapeutique. L'objectif principal de ce travail était de faire évaluer ce nouvel outil par les internes.

Méthode :
Etude quantitative, prospective, par questionnaires, auprès d'internes en médecine générale (IMG), à la faculté X, en deuxième ou troisième année de D.E.S, participant à ce nouvel enseignement durant l'année universitaire 2013, 2014.

Résultats :
98 IMG ont participé à 11 GEPT et 30 ont été filmés. 99% des IMG étaient satisfaits par le recours à un acteur professionnel. 94% des internes ont jugé la vidéo intéressante pour la rétroaction. Le taux de satisfaction global de ce nouvel outil était de 96%. Les internes filmés avaient des taux de satisfaction plus élevés que les observateurs même si 33% d'entre eux ont trouvé l'expérience difficile. 6% des IMG filmés ont déclaré avoir été gênés par la caméra.

Discussion :
Le recours à un acteur professionnel, profane en médecine permet d'élargir le champ des représentations du patient, plus limité quand un IMG ou le tuteur jouaient le rôle du patient. La vidéo et l'arrêt sur image permettent une analyse fine des habiletés communicationnelles. Le GEPT autorise une dynamique de groupe et limite la peur du jugement par ses pairs. IMG et enseignants ont jugé ce nouvel outil pertinent dans le cadre d'une évaluation formative.

Dans quelle mesure l'observation des comportements relationnels des médecins seniors enseigne-t-elle la relation médecin-patient aux étudiants ?

220

Auteurs : B. Lacroix,  A. Moreau,  C. Perdrix
Courriel : corinne.perdrix@wanadoo.fr

Introduction :
La compétence relation médecin-patient nécessite des aptitudes, innées ou acquises au cours de la vie personnelle ou professionnelle, et des attitudes apprises au cours de leur formation. Cette formation  se fait aussi de façon informelle, en situation authentique de soins, à l'observation des médecins seniors. L'objectif de ce travail était d'évaluer ce que les étudiants apprenaient dans le domaine de la relation médecin-patient auprès de leurs maitres.

Objectif :
Étude qualitative par entretien semi-dirigé auprès  de 10 internes de médecine générale, ayant réalisé leur stage de niveau 1 chez le praticien. A l'aide d'un guide d'entretien ils devaient rapporter une expérience positive et une expérience négative d'observation de relation médecin-patient auprès de leur sénior. Les données ont été enregistrées, codées et analysée. Une triangulation a été réalisée avec le directeur de thèse.

Méthode et moyens :
Les internes ont découvert des habiletés relationnelles telles que l'empathie et l'absence de jugement. Ils ont développé des techniques de communication comme l'écoute active, l'utilisation de questions ouvertes. Ils ont reconnu la dimension consciente et émotionnelle de la relation de soin. Si certains enseignants cliniciens jouaient un « modèle de rôle », exemples vivants de ce que voulaient  devenir les étudiants, d'autres  pouvaient jouer le rôle de contre modèle. Tout en les critiquant,  les étudiants comprenaient certaines attitudes négatives évaluées comme défensives.

Résultats attendus :
Malgré les mises en garde d'un certain nombre d'auteurs quant aux effets néfastes, des curriculums  informels et cachés l'étude rappelle que les étudiants apprennent nombres de compétence, jugées comme bonnes, à l'observation des médecins.  Des enseignants cliniciens formés doivent être conscients de leur statut implicite de modèle de rôle. Ce modèle de rôle informel au départ  doit passer à un niveau de formalisation explicite dans le cadre de l'enseignement et de la maitrise de stage.

Utilisation de la vidéo dans la formation à la communication des internes de médecine générale en stage de niveau I chez le praticien : étude de faisabilité en Champagne Ardenne

287

Auteurs : S. Roua,  M. Loriot,  P. Roua
Courriel : patrick.roua@wanadoo.fr

Introduction :
Dans de nombreux pays Canada, USA…, l'apprentissage de la communication est intégré au résidanat de médecine générale comme un module à valider. Diverses méthodes sont utilisées : enregistrements vidéo de consultations, jeux de rôle,... 

Notre étude a pour objectif de tester l'enregistrement vidéo des consultations nouveau moyen pédagogique pour faciliter l'apprentissage et le travail de la communication des internes.


Méthode :
Une étude qualitative a recueilli le ressenti des MSU de Champagne Ardenne qui ont testé la technique au cours d'entretiens semi-dirigés qui portent sur la faisabilité, les avantages et les inconvénients de cette méthode en stage de niveau I.

Résultats :
•Bonne acceptabilité de cette méthode par les internes ouverts et motivés, également par les patients.
•L'aspect technique ne constitue pas une barrière particulière.
•L'effet miroir, grâce à une démarche d'auto réflexivité, permet à l'interne de prendre conscience de son comportement et de certains défauts qu'il ne percevait pas au cours d'une simple rétroaction orale. La prise de conscience des attitudes non verbales est facilitée ainsi que la durée du temps passé à regarder l'écran de l'ordinateur.
•Cette technique est dépendante de l'interne et du MSU mais formatrice pour les deux.
•Certains internes, inhibés par la caméra, ont un comportement peu naturel, d'autres au contraire ont surjoué.
•Les MSU n'étaient pas à l'aise dans leur position d'évaluateur mais cette technique facilite la rétroaction avec possibilité de revenir sur la situation en conservant les détails
•La méthode s'est souvent révélée riche mais chronophage.
•La méthode nécessite d'être répétée sur plusieurs thèmes de consultation.


Discussion :
Notre étude conclut que la vidéo est une méthode qui mériterait d'être largement étendue.
L'enregistrement pourrait constituer une trace d'apprentissage.
Les MSU suggèrent de réfléchir aux modalités  pour l'encadrer.