Ateliers 

Vous êtes dans la rubrique "Productions pédagogiques"»"Ateliers"

Les observations directes sans (SOD) et avec enregistrement (SODEV) : outils essentiels pour la construction des compétences

Numéro: 78

Auteurs: J. Gomès,  B. Millette,  N. De Jongh
Email: jose.gomes@univ-poitiers.fr


Contexte
La formation des futurs médecins généralistes de France a grandement progressé au cours de la dernière décennie. S'appuyant sur les progrès des sciences de l'éducation, le 3e cycle de médecine générale a mis l'accent sur la construction des compétences en plaçant les étudiants le plus possible dans des situations proches de la pratique professionnelle et en favorisant la rétroaction. Un outil privilégié : le portfolio. La SOD et la SODEV sont peu utilisées en France, contrairement aux pays anglo-saxons et au Québec. Or, l'observation directe représente un puissant outil d'apprentissage autant de l'expertise clinique que de la communication patient-médecin, en plus d'être un excellent moyen de valider des « traces » du portfolio.

Objectifs
Au terme de l'atelier, les participants seront en mesure :
•d'expliquer la pertinence de la SOD pour la construction des compétences d'expertise médicale et de communication médecin-patient.
•de percevoir comment l'apport des SOD et des SODEV permet de valider et d'enrichir les « traces » insérées dans les portfolios.
•de distinguer les buts de la SOD de ceux de SODEV.
•de connaître les approches, conditions d'utilisation et outils utiles lors de SOD et SODEV.
•d'utiliser la SOD et la SODEV tout au long du 3e cycle de médecine générale.

Méthodes
•Atelier interactif de 90 minutes : les participants seront mis en situation d'observateurs d'entrevues médicales pour :
  • identifier les avantages de cette activité ;
  • discuter des conditions de son utilisation tout au long de la formation.
•Brefs topos sur les pratiques internationales de SOD et SODEV et sur les « astuces » pour leur utilisation efficience et pertinente.
•Remise d'un document incluant des outils et des références.

Comment prévenir, traiter et déclarer la iatrogénie liée aux Anti Inflammatoires Non Stéroidiens (AINS)

Numéro: 102

Auteurs        : J. Cogneau, F. Lacoin, N. Abenhaim, C. Guichard, B. Stalnikiewicz, J.-N. Beis, P. Imbert, S. Le Mouel, A. Mercier, V. Renard, J.-P. Jacquet
Email          : jp.jacquet@cnge.fr

Après une mise au point, à partir d'une  bibliographie récente, on propose aux médecins des vignettes illustrant  des situations cliniques concrètes (patient à risque cardio-vasculaire, rénal, hémorragique,digestif, et de la grossesse). Les participants en sous groupes devront identifier leurs besoins et réfléchir à comment le médecin généraliste dans sa pratique quotidienne peut s'améliorer  en matière de surveillance du médicament.
Trois champs seront abordés :
  • La déclaration d'effets secondaires au centre régional de pharmaco-vigilance (CRPV) ;
  • la participation a des études épidémiologiques rétrospectives et prospectives ;
  • l'intégration à un réseau de pharmaco-épidémiologie ;
Au terme de l'atelier, les organisateurs devront avoir des éléments pour favoriser la participation des médecins aux trois champs abordés.
Les participants devront être capables :
  • de signaler un effet adverse des AINS.
  • d'être volontaires pour participer a des études de pharmacovigilance.
  • d'adhérer à un réseau de pharmaco-vigilance et d'alerte.
  • de développer leur sérendipité, qualité fondamentale en matière de pharmacovigilance.

Sites wikis : quelle place dans la pédagogie clinique ?

Numéro: 151

Auteurs: A. Brulet,  P. Curbilie,  M. David,  T. Meilender,  V. Perez,  L. Letrilliart
Email: alexandre.brulet@laposte.net

Contexte
Les wikis sont des outils permettant l'édition collaborative de contenu via internet. De l'élaboration au partage de ressources documentaires utiles, leur utilisation dans le champs de la médecine clinique croise certains enjeux des formations initiales et continues. Cependant, alors que la qualité de l'information sur internet est une préoccupation pour les soignants, les modalités d'utilisation de sites web participatifs dans un but pédagogique et/ou professionnel sont mal définies, et leurs bénéfices sont en question.

Objectifs
Cet atelier a pour but de réaliser un état des lieux des sites wikis dédiés aux pratiques cliniques afin de débattre de leur intérêt pour la formation professionnelle.

Méthode
Après une réflexion sur la qualité de l'information numérique et sur les outils qui permettent son évaluation, cet atelier propose un tour d'horizon des wiki médicaux professionnels et éducatifs à partir d'une revue internationale systématisée. Trois wikis francophones seront présentés par leurs auteurs : l'un concerne l'édition collaborative de référentiels communs en oncologie, le second le partage de ressources pédagogiques entre étudiants du second cycle, et le troisième la mise en commun des travaux documentaires par des internes de médecine générale.

Discussion
Une large place au débat sera donnée afin de préciser les intérêts et attentes relatifs à ces outils, quelles sont les conditions et améliorations nécessaires à leur utilisation, et quels rôles peuvent prendre les enseignants universitaires dans leur mise en œuvre.

Conclusion
Les wikis font partie du panel d'outils de communication propres au "web 2.0". Penser leur utilisation pour former les futurs médecins est une nouvelle prérogative universitaire.

Importance du choix des outils informatiques pour obtenir l'adhésion des MSU et des étudiants

Numéro: 39


Auteurs        : J. -Y. Borgne
Email          : borgne.jean-yves@wanadoo.fr

Internes et MSU n'utilisent pas régulièrement notre site de cours, certains rencontrent des difficultés avec le portfolio électronique, la communication interne du DMG est cahotique.
De ce constat est né la conception d'une nouvelle organisation informatique centrée sur un portail d'accueil libre d'accès ; les autres plateformes nécessitent une identification unique (1 identifiant et 1 mot de passe).
L'objectif était d'obtenir l'adhésion de tous, internes et MSU, au concept d'enseignement assisté par l'informatique.
Après analyse des facteurs limitatifs à l'utilisation des outils existants, nous avons recherché les possibilités existantes et répondant à notre cahier des charges : gratuité, portfolio, plateforme de cours, outils de communication et identification.
Nous avons choisi un logiciel de création d'un portail d'accès unique (simplicité d'utilisation), puis le portfolio Mahara et la plateforme de e-learning Moodle (interconnection avec une identification unique) et l'outil Twitter (diffusion rapide de messages).
Même si nous rencontrons encore quelques difficultés chez certains MSU peu enclins à utiliser l'informatique, l'adhésion est assez large, surtout chez les étudiants, habitués à utiliser ce genre d'outils. Nous avons vu augmenter la fréquentation des sites de cours et les commentaires des traces d'apprentissage deviennent plus réguliers dans les portfolios, confortant ainsi les MSU dans leur rôle d'enseignant. Le travail de validation des stages par le DMG en est aussi facilité. La communication instantanée est plus efficace, simple à utiliser pour le DMG et l'adhésion est totale chez les étudiants. Les formations des MSU aux outils informatiques se poursuivent.

Organisation de l'atelier
Présentation de l'état des lieux, des difficultés inhérentes au système utilisé ; 10 min
Présentation des nouveaux outils et démonstration en direct de ceux-ci ; participants regroupés en binômes (MSU, étudiant) et pourront se connecter sur leur ordinateur (identifiants créés pour l'occasion) ; 60 min
Discussion générale : intérêts, inconvénients, possibilité de généralisation... ; 20 min

Les questionnaires de recueil des programmes de DPC pédagogiques

Numéro: 175

Auteurs        : F. Paumier, A. Bottet, N. Dumoitier, P. Boulet
Email          : f.paumier@cnge.fr
Contenu        :
Contexte
Dans le cadre de l'apprentissage par compétences, la formation en situation authentique de soins primaires est le lieu d'acquisitions professionnelles par excellence. Le MSU en est le catalyseur. CNGE Formation décline des programmes pédagogiques de DPC à la maîtrise de stage ambulatoire. De façon structurelle, un recueil à visé pédagogique, préalable au temps de formation est organisé.

Objectifs
  • Comprendre l'intérêt d'un questionnaire de recueil préalable pour le MSU qui participe aux DPC pédagogiques
  • Perfectionner les questionnaires au service de l'acquisition de compétences à exercer la fonction de MSU

Méthode
20 minutes :
  • dès l'entrée, les participants précisent sur un tableau leur participation ou non à un programme, leur connaissance ou non des recueils ;
  • à partir des  données  recueillies,  les groupes de travail sont structurés avec des participants  ayant des connaissances hétérogènes sur les DPC à la maîtrise de stage CNGE Formation ;
  • exposé sur la dynamique d'acquisition de compétences : expérimentation, questionnement sur son expérience, identification des voies de progression, théorisation et acquisition de connaissances, recontextualisation  ;
  • présentation rapide des questionnaires existants et de leur mode d'utilisation, consignes de travail.

50 minutes : travail en groupes de 4 à 6 participants. Chaque groupe,  avec un questionnaire différent
  • comment analysez-vous les items et leur progression ?
  • quels questionnements renvoient à un apprentissage par compétences ?
  • comment les rendre plus efficaces pour répondre à toute la phase de décontextualisation ?
  • comment optimiser leur utilisation au cours du temps de formation présentiel ?
30 minutes : exposé des groupes
20 minutes : discussion

Fiche de validation des internes - Suivi à 1 an

Numéro : 162

Auteurs : F. Noël,  L. Compagnon
Email : frederique.noel@parisdescartes.fr


Thème
Enquête sur la fiche de validation de stage des internes en médecine générale
proposée  au dernier congrès permettant d'évaluer les compétences durant et à l'issue des stages du DES de Médecine générale intégrant la notion de progressivité dans la cotation des items et dans le temps.

Justification
Nous avons présenté au congrès de lyon de novembre 2012 une nouvelle fiche de validation qui intégrait une évaluation basée sur les compétences, critériée
avec notion  de progression : fiche utilisable deux à trois fois par semestre.
Certains départements  se sont appropriés la grille, l'ont utilisée.
Nous souhaiterions organiser un atelier :
  • dans un premier temps, restitution des résultats d'une enquête faite auprès des différents départements (utilisation de la fiche, avantages et limites, améliorations à apporter)
  • travail avec les participants à partir des résultats, discussion sur les modifications nécessaires.

Objectifs
Evaluation de ce nouvel outil, ressenti des utilisateurs, le faire évoluer en fonction des résultats d'une enquête faite en amont de l'atelier, après discussion avec les participants.
Harmonisation des validations au plan national.

Méthode
Enquête nationale par courriel auprès des différents départements de Médecine Générale sur l'utilisation de cette fiche, basée sur les compétences, sur les définitions des items, sur les manques éventuels, sur les améliorations à apporter.
La structure de cette grille a-t-elle permis une réflexion entre l'interne et son maître de stage lors des évaluations intermédiaires, une adaptation des objectifs  pédagogiques en cours de stage, une validation se rapprochant de la certification ?
Présentation des données en atelier. Discussion autour des résultats, proposition de modifications de suivi.

Résultats espérés
Progression sur la validation au plus près des compétences et création d' un groupe de médecins-enseignants  de veille sur cet outil d' évaluation et validation, permettant une harmonisation des échanges entre les différents départements.

Quelles productions au service du développement de la discipline médecine générale ?

Numéro: 26

Auteurs        : P. Imbert,  C. Perdrix
Email          : jn.beis@cnge.fr

Contexte
Toute discipline universitaire doit pouvoir présenter une production scientifique utile à sa communauté. Actuellement le CNGE propose un panel de productions. Dans une perspective de développement, il apparait fondamental de recueillir les besoins et les attentes, aussi bien en formation initiale que continue.
Les internes ont besoin de données aussi bien pour leur formation pratique que théorique. Trop souvent encore, ils recherchent des réponses à leur questionnement sur des contenus non disciplinaire. Les professionnels n''ont pas encore acquis le réflexe de rechercher l''information dans les contenus propres à leur spécialité. Pour pallier cet état, il est important de structurer les productions en adéquation avec les attentes.

Objectifs
Organiser une  politique de production  en termes de contenu pour répondre aux besoins et attentes des étudiants, des enseignants de médecine générale  et des autres professionnels.

Méthode
Présentation de l''existant par le responsable du secteur, et recueil par un tour de table des propositions des participants. Construction d''un programme à partir de ces propositions.

Résultats attendus
Mise en place d'un plan de production de contenu disciplinaire, utilisable par tous sur une perspective décennale.

Quelle place pour la discipline médecine générale dans le second cycle des études médicales ?

Numéro : 186

Auteurs        : J.-N. Beis, V. Renard
Email          : jn.beis@cnge.fr

Contexte
Mise en place de la réforme du  second cycle à la rentrée universitaire 2013 avec à l'horizon 2015 l'iECN pour les étudiants. Cette réforme s'inscrit dans la création du grade master M1, M2, M3. La commission pédagogique nationale des études de santé et le CNCI ont une volonté commune d'améliorer les procédures d'évaluation ;  amélioration de la pertinence, de la facilité de correction (iECN), du caractère discriminant (diversification : cas cliniques, QCM et TCS)

Objectifs
Déterminer la place de la Médecine Générale dans le second cycle
Définir le contenu et le justificatif de nos interventions,  questions de soins primaires, prévention, stade précoce des maladies, gestion des maladies prévalentes.
L'évaluation déterminante est constituée par l'ECN.

Le constat
La MG n'a pas de responsabilité dans la déclinaison des items du programme des ECN, d'où l'intérêt d'une collaboration nationale pour déterminer et écrire les contenus de ce qui nous semble être prioritairement en rapport avec la discipline.

Place et rôle de la filière universitaire de MG dans la faculté
1. La Filière Universitaire de Médecine Générale implique notre présence dans le second cycle.
Le grade master conditionne les comportements et attitudes des étudiants dans le second cycle.  La présence est le corollaire de la reconnaissance universitaire de la discipline. Elle est aussi l'occasion de permettre une orientation identitaire vers le 3ème cycle de MG pour les étudiants qui s'y reconnaîtront.
2. Une vision médecine générale est nécessaire pour certains items
Certaines parties du programme relèvent d'une vision en termes de soins primaires, ou concernent strictement la discipline. Or,  il n'y a pas de place dédiée à la MG  sur les items concernés ou dans les procédures d'évaluation. Il faut établir une liste de questions essentielles, puis de produire collectivement les contenus et les procédures d'évaluation.

Utiliser les familles de situations cliniques dans le cadre de la révision des programmes

Numéro : 15

Auteurs        : C. Attali,  J.-F. Huez,  T. Valette,  A.-M.  Lehr-Drylewicz
Email          : attcl@wanadoo.fr

Dans le modèle de l''apprentissage par compétence, une tâche intégratrice est comprise comme une situation d''apprentissage contextualisée. Ces situations à caractère authentique, c''est-à-dire susceptible d''être rencontrée dans le cursus habituel et quotidien de formation, nécessitent la mobilisation et l''utilisation efficaces de ressources diversifiées internes et externes. Il est donc nécessaire dans ce modèle de définir les familles de situations susceptible de servir de tâches intégratrices autant pour la formation que l''évaluation des internes. 

A partir des listes de situations utilisées pour la formation dans les différentes facultés de médecine de France et des publications antérieures, les auteurs de cet atelier ont récemment produit par une méthode de large  consensus non formalisé puis publié une liste de 11 familles de situations cliniques(1).

Organisation
Présentation de la  logique de l''apprentissage par compétence, de l''intérêt potentiel de posséder une liste de familles de situation et de la méthode utilisée pour la production de cette liste : 15 minutes

Répartition des participants en plusieurs tables (l''idéal est 6 personnes par table)

Atelier : 45 minutes
L''objectif de cet atelier est d''inciter les participants à réfléchir sur l''utilisation de cette liste de situations dans le cadre de la révision des programmes dans une approche par compétences.
Pour cela, ils seront invités :
  •                 A prendre connaissance de cette liste  (15 minutes)
  •                 Puis à répondre à la question : (15 minutes) Comment vérifier que les internes ont bien été confrontés à l'ensemble des familles de situation au cours du D.E.S?
  •                 Dans un troisième temps, si possible : (15 minutes)  ils seront invités à tirer les conclusions de leurs propositions pour envisager des modifications de leurs programmes (formation et évaluation).

Production des tables et débat : 30  minutes


1 Attali C, Huez JF, Valette T, Lehr Drylewicz AM. Les grandes familles de situations cliniques exercer 2013;108:165-9.

Le recueil des données , un enjeu pour la discipline

Numéro : 205

Auteurs        : B. Lognos, P. Boulet, J.-S. Cadwallader, S. Hugé, M. Schuers, L. Letrilliart, D. Darmon, B. Gay, V. Renard
Email          : b.lognos@cnge.fr

Contexte
Les données contenues dans les dossiers des médecins généralistes sont une source primordiale pour la discipline de médecine générale et la santé publique. Elles sont pourtant peu exploitées. Leur collecte permettrait de constituer une base de données structurée, exploitable, reflétant l'activité des praticiens, source de travaux de recherche utiles à la discipline et aux patients. Les résultats de recherche pourraient être à la source de recommandations adaptées aux pratiques des généralistes. Certaines difficultés de ce recueil ont été repérées : liées au logiciels, à la qualité des données, ou aux praticiens qui doivent adhérer à cette culture de partage.

Objectif général
Recueillir les données des patients consultants en soins primaires afin de construire une base de donnée exploitable : Comment faire ?

Objectifs de l'atelier
Recueillir les expériences et objectifs professionnels des participants dans ces domaines. Concevoir les bases d'un « cahier des  charges »  à une expérimentation sur le recueil des  données.

Méthode
Atelier - Présentation initiale des enjeux par les intervenants de l'équipe  mise en place par le CNGE. Description de l'objectif du recueil.
Tour de table des participants sur les attentes, expériences et difficultés pressenties.
remue-méninges en petits groupes. Recherche de solutions et de ressources. Restitution

Résultats attendus 
L'expertise diversifiée du public du congrès permettra la mise en place de perspectives  opérationnelles dans sur le sujet.

Le Portfolio électronique : un outil pour la certification des compétences. Vos difficultés, vos besoins ?

Numéro: 103

Auteurs        : P.Boulet, C. Ghasarossian, B. Stalnikiewicz, F. Léonard
Email          : p.boulet@cnge.fr

Sujet principal : Le portfolio électronique, outil de certification des compétences : difficultés, besoins  et définition d'un outil uniformisé.

Contexte
La certification des compétences est une exigence afin de pouvoir valider la formation des internes au cours de leur DES. L'apprentissage des compétences doit pouvoir être visualisé au travers d'un recueil des traces d'apprentissages reconnu comme le portfolio. Son utilisation au sein des départements est variable et les sources de difficultés furent relatées au cours d'études. L'évolution des portfolios suppose, pour que cet outil puisse donner satisfaction, de connaitre les besoins des différents acteurs.

Objectif de l'atelier principal
Uniformisation du portfolio électronique et amélioration de son utilisation dans l'objectif de certification des compétences des internes de médecine générales au cours de leurs DES.

Objectifs de l'atelier
Recueillir les perceptions vis-à-vis du portfolio, les difficultés ressenties lors de son utilisation, le contenu du portfolio dans la perspective d'outil de certification des compétences. Présentation de l'évolution du portfolio électronique. Echanges avec les participants afin de recueillir leurs besoins sur les modalités d'utilisation par l'interne et les besoins matériels et  techniques pour favoriser son utilisation.

Méthode
Remue méninge. Synthèse sur le sujet dans les domaines étudiés :
• Le portfolio dans la certification des compétences.
• Le contenu idéal du portfolio
• Les besoins techniques pour améliorer l'utilisation du portfolio électronique

Résultats attendu
Le recueil des avis des participants  définira le contenu uniformisé du portfolio, ses modalités d'utilisation et ouvrira des perspectives d'utilisation commune dans un objectif de certification des compétences de l'interne grâce à un outil validé par la communauté et uniformisé.

L'enseignement pluri professionnel : apprendre à travailler ensemble

Numéro: 164

Auteurs        : S. Hugé,    S. Leruste
Email          : sandrine.huge@univ-rennes1.fr

Contexte
La formation initiale des professionnels de santé reste cloisonnée et prépare mal à l'exercice professionnel ambulatoire. Sans échange ni apprentissage commun, chacun construit son identité professionnelle en ayant une totale méconnaissance des champs de compétences et des rôles des autres. Parallèlement, la pratique médicale se complexifie. Le suivi des maladies chroniques, le développement de l'éducation thérapeutique mais aussi de l'éducation à la santé et des actions de prévention amènent à une réorganisation progressive des soins de premier recours (pôles de santé, maisons de santé pluridisciplinaires, centres de santé…). La délégation de tâches et le transfert de compétences paraissent comme une des solutions possibles pour pallier les inégalités de répartition des professionnels. Alors qu'ils seront de plus en plus souvent amenés à travailler ensemble, leurs représentations professionnelles peuvent être un frein au travail collaboratif au détriment du patient.

Objectifs pédagogiques
Faire un état des lieux  de l'enseignement pluri-professionnel en formation  ;
Confronter les expériences ;
Identifier les conditions favorisant la mise en place de l'enseignement de la pluri-professionnalité ;
Identifier les difficultés rencontrées ou imaginées.

Déroulement atelier
Présentation et recueil des attentes ;
Tour de table sur l'état des lieux ;
Atelier en petits groupes de travail autour d'un porteur d'expérience, rapport et confrontation en grand groupe ;
Synthèse ;
Présentation d'une expérience d'enseignement pluri-professionnel.

Ce qui est attendu
Etablir une carte de France de l'enseignement de la pluri-professionnalité. Rassurer sur la faisabilité et mettre en lumière les facteurs favorables à la mise en place et au développement de cet enseignement. Identifier les difficultés, notamment la gestion des grands nombres, l'harmonisation des agendas de formation et le décalage d'expérience selon les cursus. Montrer l'intérêt d'intégrer cet enseignement dans la formation initiale médicale et donner envie de le mettre en place.

Collaboration DMG – CHU pour développer la recherche en médecine générale

Numéro : 212

Auteurs        : P. Vorilhon,  C. Laporte,  B. Eschalier,  P. Bernard,  H. Vaillant Roussel,  G. Tanguy,  B. Cambon
Email          : pvorilhon@wanadoo.fr

Justification
La recherche demande une logistique, du temps et des moyens importants qui  manquent aux DMG, ce qui freine leur production scientifique.

Contexte de réalisation
Le DMG et le CHU de Clermont-Ferrand ont signé une convention de partenariat qui concerne l'organisation de la recherche. Avec  la Direction de la recherche clinique et de l'innovation (DRCI), le DMG a accès à différentes aides : service de biostatistiques, comité d'évaluation de projets, attaché de recherche clinique (ARC), financement, formations à la recherche communes, collaboration avec les autres spécialités.

Objectifs de réalisation
Partager l'expérience clermontoise de collaboration avec le CHU pour le développement de la recherche en médecine générale
   
Méthodes/moyens utilisés
  •                 Présentation des étapes d'un protocole de recherche sur le dépistage de la sarcopénie en MG, avec les apports de chaque partenaire.
  •                 Présentation de la convention DMG – CHU et son intérêt.
  •                 Partage d'expériences sur les sujets suivants.
•                travail avec un biostatisticien,
•                les déclarations légales pour la recherche,
•                travailler avec un attaché de recherche clinique au DMG.

Résultats obtenus/espérés
L'atelier permettra de montrer que les DMG peuvent avoir accès à des domaines de la recherche ou ils manquent de compétences. La recherche clinique hospitalière et la recherche en soins ambulatoires peuvent avoir des objectifs communs, des expériences et des moyens partagés. L'atelier permettra également de tracer des perspectives pour une bonne collaboration entre CHU et DMG, 2 institutions qui n'ont pas l'habitude de travailler ensemble.

Conclusion
L'expérience clermontoise doit donner aux participants des arguments pour engager  une collaboration avec accord gagnant- gagnant avec leur CHU et la DRCI  pour le développement de la recherche en MG.

Etat des lieux et problèmatiques des DU, DIU, ATU de remise à niveau en médecine générale organisées par les DMG en France

Numéro: 214

Auteurs        : C. Ghasarossian,  X. Gocko,  J.-L. Hermil,    S. Leruste,  P. Nguyen Tan
Email          : docghasa@aol.com

Contexte
Il existe plusieurs DU, DIU , ATU de remise à niveau en médecine générale en France organisées par différents DMG. Il n'y a pas de manière structurée de concertation entre ces différentes offres de formation. Vu la demande croissante d'un public désireux de se remettre à une pratique généraliste, vu les besoins sur le territoire de médecins généralistes, les DMG risquent très vite de devoir consacrer de plus en plus de forces et de moyens pour mener à bout ces formations. Alors qu'il ne s'agit là d'une activité annexe des DMG dont la finalité première est la formation des internes du DES (FMI).

Organisation de l'Atelier
Après un recueil en amont des différents programmes des DU, DIU et ATU de remise à niveau en Médecine Générale, présentation des points communs et des divergences.
Discussion avec les participants fléchés responsables des différentes formations sur les points suivants :
les différents profils du public postulant à ces formations ? Lesquels privilégier ? 
les différentes méthodes et choix pédagogiques ?
les différentes durées ?
les différentes procédures de formation et d'évaluation ? 
les rapports avec le Centre National de Gestion (CNG), les commissions de qualification, l'ordre des médecins
Points divers...

Discussion et Conclusion
Après un temps de mise à niveau, d'échanges et discussions, on essaiera de lister les points consensuels permettant une certaine harmonisation des procédures de formation et d'évaluation de ces DU, DIU et ATU de remise à niveau en Médecine Générale.

Le recrutement des maitres de stage universitaires : partage et mutualisation des expériences et des outils

Numéro: 110

Auteurs        : D. Potier, M. Villers-Moriamé
Email          : drdpotier@gmail.com

La discipline Médecine Générale doit être enseignée en situation authentique, dans un cabinet de médecine générale. Cet enseignement se fait sous la responsabilité d'un médecin généraliste (MG) formé, le Maitre de Stage Universitaire (MSU).
Le constat d'une part de l'augmentation du nombre d'internes en formation dans les Départements de Médecine Générale (DMG) et la volonté que tous les externes bénéficient d'un vrai stage en MG, d'autre part du départ prochain des MG de la génération du baby-boom, implique un recrutement massif de MSU.
Notre DMG  a développé une stratégie de recrutement basée sur le phoning. Celle-ci a permis de doubler le nombre de MSU recrutés en 2 ans. Cette technique est lourde, aussi avons-nous créé une application web de suivi de ce phoning.
Les autres DMG sont confrontés à la même problématique et n'ont pas forcément développé les mêmes stratégies.

Nous proposons au congrès de CNGE Collège Académique 2013 un atelier dont les objectifs sont de recueillir et partager les expériences et les outils de recrutement des MSU.

L'atelier sera développé sur deux phases :
•Préparatoire : recueil par questionnaire auprès des responsables de la maitrise de stage. Une proposition d'intervention de 5 minutes lors de l'atelier sera faite.
•Atelier lors du Congrès :
  •                 Présentation des résultats du questionnaire
  •                 Présentation par les DMG volontaires et notre DMG des méthodes et moyens mis en place ou prévus pour le recrutement.
  •                 Tour de table des autres DMG
  •                 Synthèse et  construction d'un projet de mutualisation
  •                 Questionnaire ouvert complémentaire distribué en fin d'atelier.
L'atelier de 90 minutes sera animé par un enseignant-chercheur assisté d'un interne. Il sera enregistré, retranscrit et analysé.

Nous espérons :
•                Optimiser les techniques de recrutement des MSU.
•                Publier les résultats de l'enquête et la synthèse de l'atelier.

Thésard/Directeur de thèse : comment faire le bon choix ?

Numéro: 219

Auteurs : Marion Chauvet, Sophie Garcia, Lisa Mebarki, Jean-Sébastien Cadwallader
sgarcia.isnar@gmail.com

La thèse d'exercice de médecine est un passage obligé dans la vie d'un médecin. Sa réussite et sa valorisation sont facilitées par le binôme constitué du thésard et du directeur de thèse.

Comment constituer cette équipe de manière optimale ?
L'ISNAR-IMG et ReAGJIR proposent un atelier au cours du congrès du CNGE dans le but de confronter les points de vue des thésards et des directeurs de thèse.
Lors d'un travail en petits groupes, les participants (internes, directeurs de thèses ou médecins aspirant à l'être) réfléchissent aux attentes de chacun et aux erreurs à éviter dans la conduite d'un travail de thèse. La mise en commun des réflexions permettra d'établir des lignes directrices, voire un cahier des charges ou une charte, des éléments permettant une collaboration optimale du duo thésard / directeur de thèse.
Des pistes pour l'amélioration de la formation pourront être soulevées.