Plénières

Vous êtes dans la rubrique "Plénières"

Construire et harmoniser nos programmes du DES

P252


Intervenants : V. Renard, C. Attali, J.-F. Huez, Y. Zerbib, C. Ghasarossian
DOCGHASA@aol.com


Dès la création du DES, la volonté des départements  de Médecine Générale (DMG) a été de former des professionnels compétents. Pour atteindre cet objectif, nous avions à disposition la maquette du DES et un cadre de 200h d'enseignements.

A partir des rôles et missions du médecin généraliste, repris dans la loi HPST et  du référentiel métier  il a été défini  un référentiel formation compétences. Puis les DMG ont identifié un certain nombre de familles de situation qui permettent le développement et l'acquisition des compétences. 
Tout  au long de ces dernières années, un certain nombre de méthodes reconnues comme enrichissant les habitus sont utilisées par les départements : entretiens duels (interne/MSU, interne/tuteur), les groupes d'échanges, les pratiques réflexives, l'écriture clinique…

Dans la logique de nos choix pédagogique et d'une évaluation formative, Il est demandé aux internes de fournir un travail personnel tout au long des trois ans, qui rend compte de la construction de leurs compétences.
La plénière pédagogie aura pour objectif de colliger l'ensemble des réflexions des DMG pour proposer une méthode constructive de révision des programmes en cohérence avec ces  choix. 

Les meilleures publications françaises de l'année

P251


Intervenants : P. Frappé, G. Ibanez, J. Le Breton, L. Letrilliart, L. Rigal, O. Saint-Lary, A. Mercier, J.-S. Cadwallader
a.mercier@cnge.fr

Contexte :
Le CNGE a pour mission de développer la filière universitaire de médecine générale en France. La triple valence soins, enseignement et recherche est le pilier d'une structure cohérente d'un réseau ancré dans la pratique et lié à l'université. Les publications spécifiques à la recherche en soins primaires sont essentielles à la diffusion de la discipline en France mais aussi sur le plan international.
Du fait de la démographie médicale actuelle la pérennisation de la filière passe par le développement d'un réseau de jeunes universitaires impliqués et compétents dans le domaine des soins primaires.
La valorisation lors du congrès du CNGE des travaux de recherche de qualité dirigés par les chefs de cliniques ou maître de conférences des universités est un moyen de diffuser à la communauté médicale française les travaux français présents sur la scène internationale.
Objectif :
Diffuser largement aux acteurs de la filière universitaire française de médecine générale les travaux de recherche publiés en 2012 dans des revues indexées internationales par des jeunes universitaires français, chefs de clinique ou anciens chefs de clinique en médecine générale
Méthode :
Plénière du congrès du CNGE avec présentation de 8 à 10 travaux de recherche publiés en 2012. Communications orales par les principaux concernés de 8 à 10 minutes avec support diaporama et discussion de 5 minutes autour du travail présenté.
Résultats :
Ces travaux valorisés lors du congrès sont un moyen de montrer la progression constante de la qualité des travaux de recherche issus de la jeune génération montante des universitaires en médecine générale.

Etude ECOGEN : accéder à la « boîte noire » de la médecine générale

P253


Auteurs : L. Letrilliart, I. Supper, P. Boulet, M. Schuers, M.-H. Elsensohn, D. Darmon, M. Favre, A. Mercier
a.mercier@cnge.fr


Contexte
L'étude ECOGEN avait pour objectif de décrire les motifs de consultation et les procédures de soins associés aux principaux problèmes de santé pris en charge en médecine générale en France. Elle comporte la collaboration des chefs de clinique et enseignants associés, et d'internes volontaires pour réaliser leur thèse dans le cadre de l'étude.

Approche pédagogique
Les internes et les enseignants les encadrant ont bénéficié d'un séminaire de formation d'une journée et demie, pour s'approprier la Classification internationale des soins primaires (CISP-2, Wonca) et son utilisation en situation réelle de soins.  Pour cela, des techniques pédagogiques originales ont été utilisées, en particulier à partir d'enregistrements vidéo de consultations simulées. Ils ont aussi reçu une initiation à l'analyse statistique des données. Par la suite, ils ont bénéficié du soutien d'un forum dédié.

Recueil des données
Les 54 internes participant, en stage chez 128 Maîtres de stage (MSU) rattachés à 27 départements de médecine générale, ont recueilli les éléments de chaque consultation au cours de 20 journées de stage réparties sur 5 mois, en alternance entre leurs MSU le cas échéant. Les résultats de consultations, ainsi que les motifs et les procédures qui leur étaient rattachés, ont été renseignés de façon structurée sur un questionnaire papier et secondairement saisis dans une base de données centralisée accessible sur un site Web dédié.

Résultats préliminaires
Au total, la base de données comportait 20818 consultations exploitables. En moyenne, 2,2 problèmes de santé (résultats de consultations) par consultation étaient pris en charge par les médecins généralistes. Pour chaque résultat de consultation, le patient avait présenté en moyenne 1,2 motif de consultation et le médecin avait engagé 2,1 procédures de soins (réalisées ou programmées). Outre les problèmes généraux (16,7 %), les principaux résultats de consultation concernaient l'appareil circulatoire (13,5 %), l'appareil locomoteur (12,6 %), l'appareil respiratoire (12,3 %), le système métabolique/nutritionnel/endocrinien (10,7 %), et le système psychologique (8,2 %).

Impact attendu
Cette connaissance est nécessaire à la valorisation du métier, à l'heure où la rémunération tend à être définie sur des données objectives. Au plan pédagogique, l'étude ECOGEN permettra de sensibiliser le corps des enseignants à la structuration des données de consultation, dans le cadre de la recherche (réseaux universitaires par exemple) mais aussi de l'enseignement (élaboration de banques de cas cliniques).

Réseau recherche national : activité et perspectives 

P254

Auteurs : A. Mercier, P. Imbert, V. Renard
a.mercier@cnge.fr

Les médecins généralistes, et tout particulièrement les enseignants,  revendiquent légitimement la reconnaissance de leur spécialité. Mais ce n'est pas en répétant que la plupart des patients peuvent être soignés en médecine générale que nous le démontrerons. Ce n'est pas en revendiquant simplement notre position unique et indispensable qu'elle le deviendra réellement. C'est en travaillant ensemble à démontrer que les soins primaires sont efficients et au bénéfice des patients que nous atteindrons cet objectif. Cette exigence implique la production de données.

Comment faire ? Se poser et poser des questions, et essayer d'y répondre, les critiquer et les comparer à d'autres. En un mot, faire de la recherche. Celle-ci doit être initiée à partir des réflexions et des questions issues de la pratique de médecine générale.
Comment produire des données d'envergure ? En créant un grand réseau national. Quels en sont les bénéfices pour le MG ? Une formation continue pertinente et efficace, un soin plus efficace pour les patients et une reconnaissance de la discipline.

La session réseau présentera ses réalisations, les études Escape,  INR+, CAPA, ECOGEN. Le rôle des investigateurs sera explicité. L'organisation générale des études sera abordée. Les résultats de celles-ci seront exposés. Votre implication dans le réseau fera l'objet d'un débat avec la salle. Les perspectives seront abordées, en particulier l'étude « Astrolab », et les futures études post inscription sur les médicaments. 

Plénière du Conseil scientifique du CNGE sur la grippe. Mieux connaître pour mieux informer : quel dialogue avec le patient ? 

P255

Intervenants : H. Partouche ; S. Gilberg ; Anne Mosnier ; J. Barthe
henri.part@wanadoo.fr

Résumé
      La grippe saisonnière a été probablement, avec la vague de froid, à l'origine de la surmortalité d'environ 6000 cas en France au cours de l'hiver 2011-12. Chaque année, les médecins généralistes sont en première ligne pour la prévention et la gestion de la grippe. Depuis la pandémique de grippe A (H1N1) pdm09, il leur est de plus en plus difficile de communiquer avec les patients et de répondre à leurs interrogations. On observe en effet une défiance l'égard des vaccins grippaux au sein de la population et d'une partie du corps médical. Le taux de couverture vaccinal est très bas en particulier chez les groupes exposés au risque de forme sévère.
      Les médecins généralistes attendent que les recommandations pour faire face à l'épidémie soient élaborées en concertation étroite avec les sociétés scientifiques de leur discipline. Les stratégies de lutte tiennent compte tout autant des données de surveillance de l'épidémie que des données factuelles concernant les moyens de lutte et leur faisabilité sur le terrain. Lors de l'épidémie de grippe H1N1 pdm09, le CNGE a exprimé des divergences avec les recommandations officielles concernant l'utilisation systématique des antiviraux en population générale.
      Les données issues de la littérature internationale convergent actuellement pour remettre en question l'efficacité des antiviraux et des vaccins grippaux. Les patients nous interrogent sur les effets indésirables potentiels des vaccins. Les mesures barrières, très peu utilisées en pratique ont été peu évaluées et leur efficacité n'est pas bien connue.
      Le CNGE propose, une session plénière d'une heure trente pour faire le point sur ces sujets. Trois experts de la thématique exposeront les données factuelles concernant l'efficacité et la tolérance des vaccins grippaux ;  l'intérêt de la vaccination chez les patients à risque de complications ; les données factuelles sur l'efficacité des mesures barrières en période épidémique. Après un débat scientifique avec les participants une synthèse sera élaborée par l'organisateur de la session.