Formation et perception des internes

Vous êtes dans la rubrique "Productions pédagogiques"»"Communications orales"

Perceptions de la compétence professionnalisme par les internes du DES de médecine générale

Numéro : 138

Auteurs: B. Stalnikiewicz,  N. Baconet
Email: bertrand@stalnikiewicz.nom.fr

Contexte.
L'apprentissage par compétences est la pédagogie du DES de médecine générale . Les composantes des six compétences, les niveaux de développement et leurs indicateurs ont été décrit par une méthode de consensus d'experts par un groupe de travail sous l'égide du CNGE

Question.
Quelles sont les représentations de la compétence professionnalisme chez les internes du DES de médecine générale.

Méthode.
Deux focus groups  avec des internes de début de DES, 2 avec des internes en fin de stage N1, 2 avec des internes ayant validés leur DES, ont été réalisés. Les échanges ont été retranscrits. Les codes ouverts ont été établis à l'aide du logiciel NVIVO 9, en triangulation. 

Résultats.
L'honnêteté, l'empathie, l'humanisme, l'humilité, le dévouement étaient les qualités personnelles d'un professionnel. La relation déontologique avec les autres professionnels était citée L'empathie, la qualité de relation avec le patient, l'absence de discrimination étaient évoquées. La gestion de l'outil de travail, et l'exercice libéral, la gestion du temps personnel, étaient abordées. La réponse aux demandes de soins, la participation à la permanence de soins, l'adaptation de la pratique aux spécificités de la population étaient citées. Le niveau de compétences et la formation professionnelles étaient cités.

Discussion.
Les perceptions du professionnalisme étaient différentes selon le stade dans le DES :
Les connaissances, la coordination des soins étaient citées par les internes en début de DES.
Les qualités personnelles, les capacités de communication, l'identification des besoins de formations étaient plus souvent abordées par les internes de milieu de DES.
La gestion de l'outil de travail, et de la vie personnelle, la disponibilité étaient plus souvent évoquées par les internes de fin de DES .

Conclusion
Le stade dans le DES conditionne la perception du professionnalisme. Une étude déductive permettra la comparaison avec les indicateurs décrits par le groupe de travail.

Perception du travail de thèse par les internes de médecine générale de Tours

Numéro: 209

Auteurs: Y. Teisset,  A.-M.Lehr-Drylewicz
Email : am.lehr-drylewicz@cnge.fr

Contexte.
L''article L6321-4 du code de l''éducation dispose que le diplôme d''État de docteur en médecine est obtenu après soutenance avec succès d''une thèse de doctorat.

L'objectif de ce travail.
Connaître les perceptions, les motivations et les inquiétudes des internes au regard de leur travail de thèse par une étude qualitative par entretiens semi-directifs,  et  focus groups.
La trame d''entretien a été réalisée à partir d''une revue de la littérature et de deux entretiens préliminaires. Elle explorait  la perception de la thèse et les motivations dans le choix du sujet.
Le focus group ayant le verbatim le plus riche a fait l''objet d''un codage thématique par deux chercheurs indépendants. Les données ont été triangulées pour constituer une trame thématique pour l''analyse des autres verbatim.

Résultats.
La thèse était une contrainte, une formalité pesante, car obligatoire. Elle était perçue comme une entité difficile à cerner, impressionnante, voire anxiogène. Certains pointaient son décalage avec leur futur exercice, d''autres la percevaient positivement, et comme valorisante. La plupart la percevaient comme le moyen de valider leurs études et d''accéder à leur titre professionnel. Une moitié la voyait comme une acquisition de compétences nécessaires à leur futur exercice. Quelques-uns espéraient qu''elle puisse contribuer à la recherche médicale. La thèse devenait une préoccupation en fin d''internat.  Les contraintes de temps étaient un problème pour tous. En début d''internat, ils avaient des difficultés à trouver du temps pour commencer leur travail de thèse, alors qu''en fin d''internat ils devaient surtout respecter les délais. Le concept même de la thèse était flou et les référents difficiles à identifier. Pour certains internes, trouver un sujet de médecine générale était difficile. La majorité estimait manquer de compétences en recherche. Il faut donc éveiller puis renforcer constamment la motivation chez les internes en les aidant à s'approprier leur thèse.

Que penses les internes en DES de médecine générale d'un enseignement théorique adossé au référentiel métier et compétences ?

Numéro: 106

Auteurs: M. Bismuth ,  M-.E. Rouge Bugat ,  P. Mesthé ,  B. Escourrou,  J. Subra,  T. Brillac,  P. Boyer,  Y. Abitteboul,  A. Stillmunkes,  S. Bismuth,  M. Vidal,  J-.C. Poutrain,  S. Ané,  B. Chicoulaa,  O. Bourgeois,  P. Bismuth,  L. Latrous,  A. Freyens,  J. Birebent,  S. Oustric
Email          : m.bismuth@wanadoo.fr

Contexte.
La publication du référentiel métier et compétences (RMC) a inspiré notre département de médecine générale dans la révision du programme de l'enseignement théorique. Au terme de deux années d'enseignement, nous avons analysé l'évaluation de satisfaction immédiate  de cet enseignement  par les étudiants.

Méthode
Une fiche d'évaluation de satisfaction immédiate sous forme de questionnaire remplie par les internes comprend 6 thèmes et 5 possibilités de réponse : pas du tout d'accord, plutôt pas d'accord, d'accord, tout à fait d'accord et ne se prononce pas. Une note globale sur 20 , un avis  sur la durée du module et des commentaires libres sont demandés. Une analyse est réalisée  au terme de  2 ans d'enseignement

Résultats.
2 713  réponses d'Internes interrogés au sein de 101 modules ont été recueillies entre Novembre 2010 et Août 2012
Les principaux résultats regroupant les réponses d'accord, tout à fait d'accord en fonction des thèmes :
1 - l'accès aux éléments du pré requis 81%,
2 - l'organisation logistique 88%,
3 - le recueil des attentes 86%,
4 - l'organisation pédagogique 89%,
5 - la méthode et les déroulés pédagogiques 88%,
6 - le support pédagogique 89%.
L'enseignement  est considéré de durée normale pour 85% des internes et la note moyenne de 15.86.

Discussion.
Excellent ressenti de cet enseignement issu du RMC par les internes0. Organisation et méthode pédagogique plébiscitées ainsi que la prise en compte des attentes. L'étude des  commentaires libres  apporte des éléments intéressants dont les enseignants ont tenu compte pour apporter des améliorations sur le déroulé pédagogique  en veillant à ne pas s'éloigner des situations cliniques  prototypiques comme support pédagogique  de base incontournable issues du RMC. Un travail de réflexion sur la mise en place de mode d'évaluation à distance est en cours.

Apports et apprentissages des internes dans un Pôle de Santé Universitaire (PSU) participant à l'expérimentation des nouveaux modes de rémunération (eNMR) 

Numéro: 222

Auteurs : S. Chaumette,    L. Perrot,  J.-M. Nougairède,  M. Nougairède
Email : michel.nougairede@wanadoo.fr

Justification.
Le financement des sites pluri-professionnels de santé a vocation à se généraliser. Il offre aux internes l'opportunité de participer à des formations, des travaux de recherche, de participer à la protocolisation des prises en charge et de découvrir l'exercice pluriprofessionnel.

Contexte.
18 médecins généralistes, 4 pharmaciens, 4 infirmiers, et 10 autres professionnels de santé ont choisi de créer un PSU, avec les réseaux de santé locaux, dans le cadre du financement des eNMR

Objectifs.
Présenter les actions effectuées par les internes dans le cadre du PSU, et les implications pédagogiques.

Méthode : Bilan rétrospectif de deux années d'activité

Résultats.
Externes et internes ont été accueillis en stage et associés à de nombreux travaux et aux réunions organisées par le PSU : groupes de pairs, réunions pluri-professionnelles ou de synthèse autour d'une situation clinique. L'intégration dans un PSU aide à la réalisation de thèses et de traces.

Discussion.
Pour tous les internes, la qualité des stages a été améliorée par la rencontre d'un grand nombre de médecins généralistes et autres professionnels de santé. Cette confrontation de points de vue et des pratiques, la création d'outils d'aide à la consultation puis leur appropriation, les prises en charges protocolisées, et le travail “en réseau” ont enrichi leur formation.
Les modalités d'utilisation du financement eNMR seront détaillées et permettront de voir l'apport dans la formation des étudiants.

Conclusion.
L'apport d'un financement collectif permet d'envisager des actions de recherche appliquée, d'innovation des pratiques ou de coordination des soins. Cet exercice est modélisant pour les futurs médecins.