Difficultés, si on en parlait ?

Vous êtes dans la rubrique "Productions pédagogiques"»"Communications orales"

Unité fonctionnelle d' enseignement: une orientation pédagogique cohérente

Numéro : 238

Auteurs: C. Ruiz,  J. Robert,  A. Potier
Email: cetc.ruiz@orange.fr

En 2004, le DUMG a fait le choix d'une pédagogie par apprentissage. Au terme de leur DES, les internes doivent faire la preuve de l' acquisition de compétences. Cette démarche pédagogique n'est pas bien acceptée par les internes. Le contenu et les modes d' enseignement ne correspondent pas à leurs attentes. L' évaluation renseigne mal sur les compétences acquises. Les enseignants gardent une posture de maître à élèves et adhèrent mal à une formation évaluative avec production de traces d' apprentissage par les internes.

Quelle synthèse pédagogique renseignerait le mieux des acquis de compétence?

Nous avons réuni les tuteurs pour questionner leurs difficultés à évaluer les productions. Nous avons fait une synthèse des évaluations des différents séminaires d' enseignement facultaire. Un groupe associant enseignants et internes a réfléchi sur les contenus de l' enseignement relatif à la prise en charge du patient chronique . Trois enseignants ont participé à une formation sur la définition des contenus d' enseignement.

Les internes et les enseignants, à propos de situations vécues, en stage ou exemplaire, préparent une bibliographie relative aux problématiques soulevées. Ils échangent avec leurs enseignants  et rédigent des traces, but intermédiaire de l' action pédagogique. Les problématiques recouvrent 19 situations de soin, socle du contenu de l' enseignement. Cette unité fonctionnelle ainsi constituée est utilisée en stage, en groupes d' enseignement facultaires ou décentralisés. Elle devient le support cohérent de toute activité pédagogique.

Cette orientation simplifie le message pédagogique mais demande aux internes et enseignants plus de travail. Les enseignants deviennent experts  là où ils étaient animateurs de groupes ou experts de contenus biomédicaux. Elle permet le travail en groupes restreints et décentralisés en réalisant la demande répondant ainsi aux besoins des départements éloignés. Les internes construisent leurs compétences et stimulent les enseignants dans la recherche de la qualité pédagogique .

Procédure de révision des programmes: quelles procédures?

Numéro: 236

Auteurs : V. Personne,  C. Ghasarossian
Email : virginie.personne@gmail.com

Les objectifs généraux du DES de médecine générale reposent sur la spécialisation de la discipline, la réalisation des missions précisées par la loi HPST, l'acquisition des compétences génériques par les internes, nécessaire à la réalisation des 2 premiers objectifs.  Depuis la création du DES, le programme des enseignements facultaires des département n'ont cessé d'évoluer, s'enrichissant des retours d'expériences des enseignants comme des enseignés.  A l'été 2012, le constat est posé : la progression des internes et l'appropriation des compétences est difficile à mesurer au cours des 3 ans de DES, les outils actuels de validation manquent de critères durs et objectifs. Le système pédagogique actuel ne permet donc pas de certifier les internes. Le département a donc engagé une révision des programmes afin de pallier à ce constat. L'objectif de ce travail est donc de présenter les procédures de révision des programmes.

Méthode.
Description des différentes étapes chronologiques ayant permis la révision des programmes. Celle-ci repose sur le trépied suivant : Intégration des concertations du comité de pilotage et du comité pédagogique, Intégration des résultats d'études descriptives réalisées auprès d' étudiants à mi-parcours et en fin de parcours, Intégration des concertations avec les maitres de stage universitaire.

Résultats.
Ces procédures ont abouti à 3 possibilités de révision des programmes : une révision modeste, moyenne et radicale. La révision finale, issue d'un compromis, est la suivante :
Une approche centrée sur les compétences génériques, une multiplication des lieux d'acquisition et des occasions d'évaluation formative, une progression des contenus pédagogiques adaptés au lieu de stage des internes, un développement d'outils d'évaluation critériés, et enfin un suivi longitudinal des internes au cours de leur formation.

Conclusion.
Nous témoignerons de notre expérience d'une révision des programmes et des procédures suivi pour aboutir à une cohérence avec une approche par compétences afin d'arriver un jour à une certification des internes du DES de Médecine Générale

Expérimentation d'une cellule d'aide à la rédaction des traces d'apprentissage pour les étudiants en 3ème cycle des études médicales

Numéro : 181

Auteurs: E. Ferrat,  S. Chartier,  M. Djassibel,  S. Broli,  V. Renard
Email : emilie_frisouille@yahoo.fr

Thème.
Le tutorat : une pédagogie individualisée pour des compétences génériques

Justification.
Les internes sont confrontés au passage d'un paradigme d'enseignement à un paradigme d'apprentissage. Les étudiants tuteurés doivent construire le recueil organisé de leurs traces écrites d'apprentissages qui constitue leur mémoire de D.E.S ; certains rencontrent des difficultés à s'approprier la méthode. Les tuteurs ne disposent pas suffisamment de temps pour apporter une aide méthodologique.

Contexte de réalisation.
La « cellule tutorat » a été instaurée en mars 2011 à Créteil afin de résoudre ces difficultés. Ses missions sont l'aide à la rédaction des traces écrites et à la construction du mémoire.

Objectif de réalisation.
Décrire le fonctionnement de cette cellule et ses premiers résultats.

Moyens utilisés.
Les étudiants sont reçus en entretien individuel de 2 heures. La cellule est animée par un enseignant et 3 chefs de cliniques  en lien avec le  responsable du tutorat. Après recherche des origines des difficultés, une évaluation des traces rédigées et une rédaction assistée étaient réalisées. Un compte-rendu était envoyé au tuteur et aux responsables de la cellule et du tutorat.

Résultats obtenus.
55 étudiants ont été reçus de mars 2011 à septembre 2012. Leurs difficultés relevaient souvent d'un défaut d'acquisition de la méthode. Les étudiants ont rédigé une trace écrite ou ont apporté des modifications à leurs travaux. Sur 30 retours des tuteurs, 17 ont attesté que le tuteuré a ensuite produit des traces de meilleure qualité.

Discussion.
La bonne acceptation de la méthode et les résultats incitent à la systématisation dès T1 pour les étudiants.

Conclusion.
L'acquisition de la démarche dapprentissage nest pas automatique et ne procède pas des tuteurs. Une cellule d'aide spécialisée dans cette tâche est un levier pour favoriser la bascule paradigmatique des étudiants et des enseignants et doit être intégré au programme du D.E.S.

Difficultés à l'initiation du mémoire de DES

Numéro : 229

Auteurs : E. Steyer
Email : laurenemillet@gmail.com

Contexte.
Le mémoire est l'une des étapes obligatoires pour valider le diplôme d'études spécialisées (DES) de médecine générale. Certains internes ne soutiennent pas leur mémoire dans le délai règlementaire. Dans notre faculté, une partie d'entre eux tarde même à soumettre un projet au département de médecine générale. Ce retard handicape leur parcours professionnel et interroge les enseignants. Ils voudraient en comprendre les raisons afin de proposer des mesures adaptées.

Objectif.
Recenser les causes du retard à l'initiation du mémoire.

Objectif secondaire.
Proposer des solutions à ce problème.

Méthode.
Des internes de médecine générale en situation de retard et des enseignants impliqués dans l'encadrement des mémoires ont été contactés. Nous avons employé une méthode d'évaluation de la qualité par analyse de problèmes. Un diagramme cause-effet a d'abord été établi à la suite de séances de remue-méninges réalisées avec chaque groupe. Puis des solutions issues d'un second remue-méninges ont évaluées par un vote pondéré.

Résultats.
Les deux groupes ont relevé de nombreuses difficultés, classées dans un diagramme cause-effet. Ont émergé entre autres un manque de lisibilité des règles de validation de la maquette, un sentiment d'isolement des internes, assorti de problèmes de communication enseignants-enseignés, et une difficulté pour les étudiants à hiérarchiser les priorités et s'engager dans un travail de recherche. Ces éléments pouvaient ne pas revêtir la même importance pour les deux groupes. A partir des problèmes soulevés, des solutions ont été proposées, dont certaines sont apparues plus pertinentes à la suite du vote par pondération.

Conclusion.
L'étude a permis de pointer les principaux obstacles organisationnels à l'initiation du mémoire de DES de médecine générale et de proposer des mesures adaptées. Il persiste des interrogations sur l'appropriation par les internes des outils pédagogiques existants et sur leur motivation profonde à accomplir leur parcours universitaire.